Lassés de l’école et de toute forme d’autorité, certains jeunes sortent du système scolaire et restent sans emploi. Pour éviter que leur avenir ne soit totalement compromis, certaines structures sont là pour leur apporter de l’aide. Parmi elles, “l’Amis de Jeudi Dimanche” (AJD), à Caluire, près de Lyon. Cette fondation a été créée en 1950 à Paris et en 1964 à Lyon, par le Père Maurice Gonin.

Les éducateurs de rue de l’AJD sont contactés par les écoles, les familles ou bien vont rencontrer des jeunes qui ont abandonné toute perspective d’avenir. Au sein de la fondation, les éducateurs sont présents pour encadrer ces jeunes, à la fois sur le plan social mais aussi technique. De petits chantiers, comme du débroussaillage ou encore de la peinture, mais aussi des ateliers manuels sont mis en place. Ils doivent les former et leur montrer la marche à suivre dans un univers professionnel.

L’AJD accueille des jeunes, encore collégiens, qui sont en décrochage scolaire par manque d’implication et d’envie. Dans ces cas-là, des stages d’une semaine sont organisés. Lors de cette période professionnalisante, ils apprennent à bien se comporter en entreprise.

Il existe également, pour les jeunes de 16 à 18 ans restés inactifs après avoir arrêté leur scolarité, de plus longues périodes de stage, allant jusqu’à quinze jours. Durant ces deux semaines, ils ont le temps, non seulement d’apprendre à intégrer les codes du monde du travail, mais aussi d’acquérir quelques compétences.
À la suite de ce processus, les jeunes sont accompagnés dans leurs futures démarches professionnelles. Ils sont ainsi aidés dans la réalisation de leur CV, leur inscription en agence d’intérim ou encore la préparation d’un entretien d’embauche.

Léa LAVAURE et Audrey BOURGUIGNON

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *