Ennui, fatigue, désintérêt, etc. Les réunions autour d’une table ne sont souvent pas très productives. Certains ont eu l’idée de délocaliser les réunions pour les faire en extérieur. On vous en dit plus.

D’après l’enquête OpinionWay réalisée en avril 2017 sur plus de 1 000 salariés, seulement une réunion sur quatre aboutirait à une idée (52%). Ces grandes réunions longues et solennelles ne semblent plus convenir aux attentes des salariés et encore moins aux besoins des entreprises. Le détachement des salariés est principalement dû au manque d’intégration et d’implication. Les nouvelles générations, plus humainement impliquées dans la vie de l’entreprise, en sont conscientes. De ce fait, de nouvelles méthodes de travail apparaissent. Le co-walking est un concept simple : seul avec votre manager, ou a quatre maximum, vous sortez hors des locaux pour parler.

S’aérer pour mieux travailler

Fini les réunions derrière un bureau, à se cacher pour jouer sur son téléphone ou à faire semblant d’être intéressé. Dites bonjour au plein air et aux réunions en petit comité, voire privées. Cette nouvelle approche facilite le dialogue et la créativité de chacun. On oublie le côté hiérarchique et traditionnel de ces réunions. Pour beaucoup, il est plus facile d’exprimer ses idées lorsque l’effectif est réduit. Le temps des réunions est également écourté et ne dépasse pas, en général, une vingtaine de minutes.

« Pour des réunions courtes et en petit comité, le co-walking est l’alternative idéale à la traditionnelle réunion assise. En effet, marcher et s’aérer pendant une vingtaine de minutes accroît la productivité, le moral mais également la créativité. »

Elia Pradel

Parler à son manager des problèmes rencontrés n’est pas toujours simple. Mais dès lors que les codes sont cassés, la parole se libère plus facilement. Il n’est pas question de dire tout et n’importe quoi, mais de faciliter l’approche entre les hiérarchies et favoriser l’humain dans les entreprises.

Illustration du co-walking en entreprise @DR

Marcher pour penser

Il est de rigueur de sortir prendre l’air quelques instants quand nous n’arrivons plus à nous pencher sur le travail. Ce n’est pas un nouveau concept. Aristote et Freud  mettaient déjà en avant les bienfaits de la marche sur la pensée. L’étude “Give Your Ideas some Legs” (donner des jambes à vos idées), réalisée par des universitaires de Stanford, indique à quatre reprises que la marche est inéluctablement liée à l’émergence d’idées créatives pendant et juste après l’effort. L’objectif de ces marches productives est de favoriser le travail collectif et l’esprit d’entreprise.

À noter que les réunions traditionnelles restent tout de même essentielles au bon fonctionnement d’une entreprise. Mais les rendre plus rares est aussi un bon moyen de les rendre plus dynamiques pour les salariés.

Lucie TALON

À lire également :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *