Que ce soit par simple envie ou par nécessité, de plus en plus de Français optent pour le travail à temps partiel. Cette forme de travail très souvent considérée comme précaire est plus appréciée pour sa flexibilité. 

Ce sont 18,8% de salariés français qui ont opté pour le travail à temps partiel en 2017, selon l’ Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). En général, les femmes et les jeunes de moins de 25 ans sont ceux qui travaillent le plus à mi-temps. Mais désormais, tout le monde semble intéressé voire attiré par cette forme de travail.

Temps partiel, c’est-à-dire ?

La première chose à savoir est qu’il faut que la durée soit mentionnée dans le contrat de travail. Pour que ce soit un temps partiel, la durée légale doit être de 35 heures par semaine. L’employeur, ou l’employé, peut proposer ce temps partiel. Cela dépend des demandes de l’entreprise et du salarié. Dans tous les cas, cette décision est prise selon une convention collective. De manière générale, que ce soit du côté de l’employeur ou de l’employé, personne n’est obligé d’accepter ces conditions. 
Si vous souhaitez demander un temps partiel à votre patron, écrivez-lui une lettre recommandée avec un accusé de réception, au minimum six mois avant la date à laquelle vous souhaitez sa mise en place.

Ses avantages

Vous avez autant de congés payés qu’un salarié à temps plein, c’est-à-dire cinq semaines par an ! Tous comme les autres, votre ancienneté est comptabilisée. Vous pouvez cumuler plusieurs temps partiels par semaine, tant que vous ne dépassez pas la durée maximale hebdomadaire de 48 heures. Si vous souhaitez passer à temps complet, vous êtes prioritaire sur les personnes qui candidatent dans votre entreprise.
Il vous est également possible de faire du télétravail. Mais on ne s’affole pas, ce n’est pas pour tout le monde. Encore une fois, tout dépend de la société où vous travaillez.
Le travail à temps partiel vous permettra de gagner du temps et de trouver un meilleur équilibre entre votre vie professionnelle et personnelle ! Et ça, c’est un point plus que positif !

©Via Giphy

Ses inconvénients

En tête de liste : les indemnités de licenciement et de retraite. Tout est une question de salaire. Comme vous faites moins d’heures qu’un salarié à temps complet, vous êtes moins payés. Jusque-là, rien d’anormal. Mais de ce fait, vous mettrez certainement plus de temps à valider un trimestre, surtout dans les entreprises privées. Les promotions sont plus dures à obtenir. Le temps partiel ne permet pas d’évoluer facilement dans son milieu professionnel.
Vous n’avez pas le droit aux heures supplémentaires. Seules les heures complémentaires sont autorisées.

Avant de se lancer, il faut peser le pour et le contre, mais aussi savoir ce qui vous convient le mieux. Si vous voulez en savoir un peu plus, c’est juste en bas !

Lucie TALON

À lire également :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *