Maîtresse d’école, joueur de foot, vétérinaire… Les rêves d’enfants face à ces métiers sont bien nombreux. Mais à la rédac’, nos journalistes aussi ont eu leurs espoirs (quoiqu’un peu bizarres parfois…) Petit florilège des rêves professionnels inavoués de nos rédacteurs.

Aujourd’hui, KROW by ISCPA vous offre un petit voyage dans le temps. Asseyez-vous confortablement, détendez-vous et préparez-vous car le voyage promet d’être… surprenant. À croire que les journalistes de la rédaction sont tout de même un peu “particuliers” et c’est le moins qu’on puisse dire. Chez KROW by ISCPA, pas de princesses ou de pompiers, non. La team est un tant soit peu plus originale. Découvrez-le par vous-mêmes.

“Policière scientifique” ou l’art d’être badass en blouse blanche

© Alexandra Sabadello

Alexandra, c’est l’une de nos secrétaires de rédaction. Autrement dit, tout ce que vous lisez, est soigneusement passé au crible par ses yeux à rayon laser anti-fautes d’orthographe. Mais, avant d’être intransigeante avec nos articles, Alexandra a rêvé d’autre chose : « Quand j’étais petite, j’allais souvent dormir chez mes grands-parents. Et le soir, on regardait les séries comme les Experts Miami. C’est là que je me suis découvert une fascination pour le côté scientifique. » La jeune Alexandra a d’ailleurs pris ce projet très au sérieux voulant devenir une “policière-scientifique“. Son but ultime : « Utiliser un microscope et démasquer des meurtriers avec juste un coton-tige. » Mais si elle a décidé de laisser tomber ce côté Horacio Caine hyper “stylé“, c’est qu’elle a vite compris que les séries américaines n’étaient pas le reflet de la réalité. Pauvre Alexandra, si elle avait lu KROW by ISCPA, elle s’en serait vite aperçue.

L’anecdote : Pour Noël, elle et ses copines avaient acheté des kits complets d’espion-scientifique et s’amusaient à prendre de la farine chez ses grands-parents. Elles en mettaient alors un peu partout et s’amusaient à coller des bouts de scotch dessus pour récupérer les empreintes !!

Être maman, le rêve absolu

©Naomi Levannier

Naomi, c’est l’une de nos journalistes “desk” et c’est aussi la personne la plus décontractée que l’on connaisse ! Le projet de Naomi à 10 ans ? « Être mère et ne surtout pas travailler ! » Pour elle, l’avenir était simple : « J’ai toujours envisagé mon avenir du côté personnel et non professionnel. Je n’ai jamais été très ambitieuse. Je voulais juste être maman comme ma maman avant moi. » Mais elle a changé d’avis quand elle s’est rendu compte qu’elle souhaitait peut-être aspirer aussi à autre chose que faire des enfants. Elle est donc allée à la Fac, faire un double diplôme Accompagnement éducatif et social (AES) et Langues étrangères appliquées (LEA). Oui, oui, ça claque. Naomi a pourtant tout plaqué pour faire du journalisme.

L’anecdote : le rêve de Naomi était d’avoir un mari et quatre enfants «super beaux gosses, gentils et bien élevés ».

M. Muscles (en mousse)

©Arthur Brenac

Arthur, c’est un peu notre boîte à idées. Les logos, les designs, tout est signé Arthur ! Mais avant d’être un génie des maquettes, le petit Arthur rêvait d’être un super-héros. Mais pas n’importe lequel : Spiderman ! « J’avais un costume avec des muscles en mousse, je me sentais super fort alors que j’étais un gringalet. Spiderman était mon idole, il était sensationnel : il volait d’immeuble en immeuble, explorait la ville. Pour moi c’était la liberté ! », explique Arthur. Un héros qui le fait toujours rêver d’ailleurs : « Aujourd’hui, le personnage a évolué, un peu comme moi. Mais j’ai toujours une passion pour lui (…) Puis au final, on est tous un peu super-héros à notre façon et je me dis que Peter Parker est devenu journaliste, comme moi ! Donc même s’il me manque la notion de super-pouvoirs, j’ai toujours un pseudo super-héros en moi. »

L’anecdote : Un jour, Arthur a trouvé une araignée dans sa chambre. Il a alors demandé à sa mère si une morsure pouvait lui donner des super-pouvoirs. Bien que la réponse fut négative, notre petit génie du design est resté planté devant la bestiole vingt bonnes minutes… Avant de décamper ! Mais ce n’est pas grave, c’est un peu notre super-héros à nous.

« Maître du monde libre » : oui oui, ça existe

©Thomas Monteil

Thomas, à la rédac’, est – en plus d’avoir une barbe rousse inégalable et des questions existentielles qui fusent H24 – l’un de nos journalistes web. Pour lui, pas de pompier ou de joueur de foot. « Quand j’étais gamin, j’étais fasciné par l’histoire moderne. Mes parents me donnaient des bouquins sur la Seconde Guerre mondiale. Et pour un petit garçon qui aimait les soldats, je trouvais que la conquête, c’était cool. Je n’avais pas vu tout ce que ça impliquait », explique-t-il. Déjà enfant, il a poussé la réflexion très loin, allant jusqu’à imaginer des plans stratégiques sur des feuilles A4. Il a même choisit allemand en LV2 (c’est dire) : « Ça pouvait toujours me servir au cas où, au vu de l’Histoire. » Mais Thomas a bien changé depuis, adieu le projet de “chef d’une gentille dictature” et bonjour la passion des animaux et du journalisme.

L’anecdote : Plus jeune, il est venu à l’école avec un énorme paquet de bonbons : « J’ai mis tout le monde à mes ordres pendant deux jours. Mais quand je n’en ai plus eus, il se sont tous affranchis de moi. » Une grande leçon qui nous a peut-être permis d’éviter un Kim Jong-Un à la française…

Life goal : vendre (ou plutôt manger) des glaces

©Eva Françoise

Eva, c’est l’une des journalistes du pôle audiovisuel. Et pour elle, pas question de sauver le monde, punir les méchants ou encore diriger la planète, non. Eva, son rêve était plus gourmand : « Je voulais vendre des glaces juste pour les manger. Il y avait un marchand devant mon école et je n’osais pas demander à mes parents d’en acheter une. Alors, je me suis promise qu’un jour j’aurais mes propres glaces. » Mais en grandissant, ciao les crèmes glacées et bonjour le journalisme.

L’anecdote : cette passion l’a amenée à regarder le film Lilo & Stitch un nombre incalculable de fois. Notamment parce que la petite créature bleue mange souvent des glaces !

À chacun ses rêves

Bon, après m’être (gentiment) moquée de mes collègues, c’est peut-être à mon tour… Je n’ai pas voulu sauver le monde, ni manger des glaces et encore moins être maman. Mon rêve ? Vivre dans un cirque, voyager constamment et être trapéziste. Et si, aujourd’hui, je ne côtoie pas le monde du spectacle, j’ai tout de même développé un petit côté clown qui anime pas mal nos journées !

Malia COUTAND

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *