Les jeunes et les métiers éco-responsables, c’est une affaire qui marche ! Le métier de responsable environnement se développe d’année en année. Pour cause, un accroissement des réglementations et normes poussant certaines entreprises vers le respect de l’environnement.

« Nous proposons aux entreprises des formations pour traduire, en quelque sorte, les normes environnementales. Notre but : faire comprendre aux entreprises et industries le droit de l’environnement, ce qui inclut toutes les réglementations, beaucoup de réglementations. Nous aidons les entreprises à vérifier que leurs systèmes de management soient conformes par rapport aux réglementations exigées. C’est-à-dire réduire leur empreinte carbone mais aussi consommer responsable. Nous essayons de leur donner des pistes pour les faire progresser. »

Amélie Peyre, formatrice de responsable QSE chez l’entreprise Faral
Amélie Peyre oriente les entreprises vers leur démarche environnementale. @DR

Aujourd’hui, beaucoup de sociétés comme Faral par exemple, comprennent que le métier de responsable environnement est un emploi clé pour le futur d’une entreprise. Bénéficier d’une bonne image permet de renforcer sa clientèle. Un élément important permettant à l’entreprise de générer du profit. Ainsi, de nombreuses entreprises souhaitent se former aux métiers de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) en vulgarisant certaines normes.
En France, plus de la moitié des sociétés de 50 salariés déclaraient déjà, en 2012, s’impliquer dans la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), selon l’Insee.

En ce qui concerne l’environnement, outre les réglementations basiques et obligatoires à respecter, certaines entreprises veulent se targuer de respecter certaines normes. La norme environnementale
ISO14001 
est un exemple concret qui montre que les entreprises souhaitent désormais se détacher des autres. Le rôle d’Amélie Peyre est d’accompagner ces entreprises dans leur démarche :  « Nous proposons différents exercices aux entreprises comme des quizz pour les aider à comprendre la norme. Cela va leur permettre de s’appuyer sur un cadre pour pouvoir s’améliorer. »

Les jeunes à la recherche de métiers “durables”

Réglementant pratiquement toutes les activités, le code de l’environnement, crée indirectement de l’emploi dans les métiers de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Des postes particulièrement plébiscités par les jeunes travailleurs sortis de grandes écoles. Pour exemple, une initiative lancée par des élèves de grandes écoles en octobre 2018 (polytechnique, HEC…) a pu recueillir plus de 5 500 signatures d’après un article du Figaro. Ce manifeste avait pour objectif d’attirer l’attention des entreprises pour leur permettre d’effectuer “un véritable réveil écologique.”

Cela prouve que de plus en plus, les jeunes sont à la recherche de métiers orientés vers le développement durable. Des métiers permettant de créer des richesses, tout en générant des valeurs positives envers l’environnement. Un critère important pour Léa, étudiante en troisième année de Bachelor à l’école 3A : « J’ai habité en Asie à deux reprises. Je suis donc particulièrement sensible aux dégradations de l’environnement. J’ai choisi cette école là car elle proposait des projets innovants tout en respectant l’environnement. On peut très bien générer de l’argent sans pour autant détruire la faune et la flore.» Faire du débat environnemental un atout économique est désormais un véritable but pour les entreprises . En d’autres termes, le métier de responsable environnement bénéficie pour l’instant d’un avenir serein.

Si vous voulez quelques chiffres sur les effets des entreprises sur l’environnement, allez voir l’infographie ci-dessous !

Bastien VIENNOT

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *