Illustration de la méthode Radical Candor au sein de l'entreprise

Il existait un temps où discuter de ce qui n’allait pas avec son collègue était à prendre avec des pincettes. Une entrepreneuse américaine, Kim Scott, a écrit Radical Candor, un livre destiné à améliorer les relations humaines au sein d’une entreprise.

Au boulot ou même pendant ses études, on ne dit pas forcément ce que l’on pense à ses collègues. Pour Kim Scott, qui a travaillé pour des grandes chaînes comme Youtube ou encore la Silicone Valley, savoir dire les choses sereinement augmenterait les performances de travail.

Savoir être sincère au travail

C’est la règle d’or de l’auteure de Radical Candor. Selon la traduction française, Honnêteté radicale, l’honnêteté entre collègues est indispensable à la réussite de chacun. Pour l’Américaine, expliquer ce que l’on n’apprécie pas chez son collègue lui permet de comprendre ses erreurs et donc, de s’améliorer. Par exemple, en travaillant chez Google, sa patronne, Sheryl Sandberg, lui a fait remarquer qu’elle avait tendance à chercher ses mots lors de ses prises de parole. De ce fait, cette dernière était moins convaincante, ce qui amenait à une baisse de concentration de la part de l’auditoire. En expliquant sainement les critiques, et en cherchant des alternatives pour s’améliorer, Kim Scott s’est même étonnée que personne ne lui ait fait la remarque avant. C’est dans ce sens-là que la méthode du Radical Candor fonctionne. Ne pas critiquer sans raison mais au contraire, déstructurer de manière positive les points à améliorer.

« Depuis nos 18 mois, on nous incite à ne pas donner notre avis. Et voilà que maintenant, c’est justement ce en quoi consiste notre travail. » .

Kim Scott – entretien avec Evernote

La recette du Radical Candor

Il y a deux points à respecter pour mettre en place cette culture de la sincérité au travail :

  • Challenge directly : cette notion est à suivre de près, particulièrement pour les leaders d’entreprise. Car oui, dire les choses qui ne vont pas, appuyer là où ça fait mal, c’est leur rôle. La morale les oblige à être directe avec les collaborateurs. En cherchant ce qui ne va pas, le travailler est possible. Il faut en parler et proposer des challenges aux collègues pour s’améliorer. Attention à ne pas basculer dans l’odieux.
  • Care Personally : il ne faut pas oublier que l’espace de travail est l’un des lieux que nous côtoyons le plus souvent dans notre vie. Il est important d’y conserver une atmosphère saine. C’est ce que propose cette deuxième notion : savoir se préoccuper de chacun. On enlève l’idée que nos collègues sont des rivaux. Selon Kim Scott, chacun a une personnalité à respecter, à mettre en valeur au profit de l’entreprise. L’esprit de collaboration doit rester un enjeu principal.
Les deux axes principaux de la culture de la sincérité au travail.
Kim Scott présente ses alternatives pour une meilleure atmosphère au travail. @DR

Les entreprises s’y mettent

Grâce au best-seller de Kim Scott, de plus en plus d’entreprises optent pour cette nouvelle manière de manager ses collaborateurs. Par exemple, à Londres, la start-up Charlie HR a adopté le Radical Candor en permettant, une fois par semaine, de faire ce qu’on appelle des feedbacks. On oublie sa place dans la hiérarchie, chacun prend la parole librement. Parfois, les managers proposent des rendez-vous mensuels avec un collaborateur afin de discuter de leurs points faibles, leurs objectifs mais également pour parler de l’ambiance entre eux. Les pleurs sont souvent de la partie, mais d’après Kim Scott, pas besoin de s’en inquiéter.

Le Radical Candor semble être l’outil pour mettre fin à l’hypocrisie et à la frustration en entreprise. L’auteure incite l’ensemble des leaders à la communication et aux critiques positives nécessaires au succès de l’organisation. Cependant, tout le monde ne pense pas la même chose. En effet, selon le directeur du département de sociologie de Cambridge, Patrick Baert, les non-dits dans une entreprise sont essentiels.


« L’homme a toujours fonctionné grâce à un certain niveau d’hypocrisie institutionnalisée.»

Patrick Baert, interrogé par Buzzfeed.

En France, le système hiérarchique dans les entreprises est encore très présent. C’est bien connu, nous sommes bien moins laxistes sur les valeurs du travail. La méthode du Radical Candor ne fait pas encore parlé d’elle chez nous. Lyon qui est la ville idéale pour créer sa start-up devrait certainement passer à cette méthode sans tabou. Les critères de Kim Scott répondent à ce que représente une start-up : un environnement moins autoritaire et plus communicatif.

Il ne reste plus qu’à voir, sur le long terme, si les entreprises se portent mieux en disant toute la vérité, rien que la vérité.

A lire aussi : Le bonheur au travail !

Lucie TALON

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *